AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les chroniques d'Aegis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hellsclown

avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 05/11/2010

MessageSujet: Les chroniques d'Aegis    Ven 5 Nov - 22:14

Bon avant toute choses veillez m'escuser pour les fautes j'écris trop vite et je me relis pas vraiment so .... toute mes escuses sur ce point.

Les chroniques d'Aegis koikecè et bien .... c'est juste un appel a l'aventure une métaphore sur le voyage un morceau de mon univers une partie de mes rêves .... bon ap






Vous trouverez ci dessous le prologue ainsi que le début de l'histoire je tiens a précisé que la notion de chapitre est juste là pour vous donner des repert dans le texte






Les chroniques d' aegis



Prologue:



Archive d'Aegis tome IV verset 5 :



"Et lorsque le peuple des hommes atteint son apogée, un ennemi comme personne n'en avait vu, apparut.

Les hommes entrèrent alors en guerre, et utilisant la puissance de leur science ainsi que leur technologie, ils provoquèrent leur propre fin..."



Imaginez une terre; des continents recouverts d'une profonde forêt, où pousse des arbres gigantesques que les rayons de lumière ne percent presque jamais.

Regardez à vos pieds, les vestiges d'un temps oublié, recouvert d'épaisses racines et de mousses fluorescentes.

Prenez maintenant de la hauteur, regardez autour de vous, il n'y a que forêt et verdure à perte d'horizon.

Maintenant levez les yeux et voyez...

A travers le ciel flotte d'immenses étendus de terres.

Dans un balais fantastique, se croise et s'entre-croise de grandes iles volant a travers l'azur.

Prenez a présent votre envol et approchez vous de l'une d'elle...

Après vous être rendus compte qu'une cascade plongeait dans le vide, et que plus haut une riviere partait en serpentant à travers un petit pays montagneux parsemé de villages et de plantations, vous vous approchez d'une immense cité au haute muraille.

Sur les routes qui y menne, vous voyez avancer des chariots chargés de marchandises avancer vers les grandes portes de la cité.

Approchons nous encore et observons la magnifique architecture de la ville. De belles maisons, de nombreuses échoppes et des batiments aux façades richement décorés. Ici une place marchande au étales bien remplis, là un immense collisé à l'entrée bondé de mondes.

Levez a présent votre regard sur les hautes tours qui surplombent cette ville et d'un léger saut vers leur sommets entrons dans notre histoire.





Chapitre 1 : " L'enfant au Cheveux verts "



Comme chaque jour, les quais étaient remplient de monde et la vaste salle centrale de la tour nord était prête à exploser.

Cette salle était l'un des points les plus important de la ville et ici, se croisaient voyageurs et marchands dans un brouhaha constant.

Les plafond étaient d'une dizaine de mêtres de hauteur ce qui n' empéchait pas certaine marchandise de réster coincées.

On se souvenait encore, que lors d'un déchargement, un commerçant venu vendre un grand rhinodon avait été obligé de le livrer en pièces détachées a son client faute d'avoir pu le dégager de la voute ou il c'était coincé.

Les murs étaient recouvert de tapisseries représentant de magnifiques aéronefs affrontant milles dangers autour d'Aegis.

Autour de la grande salle, il y avait différents guichets vendant des places de voyages, nourritures et boissons ainsi de que bien d'autres babioles et souvenirs déstinés au visiteurs.

7 grandes portes menaient chacune à un quai ou embarquaient et débarquaient voyageurs et marchandises.

4 autres grandes portes menaient aux ascenseurs et aux escaliers qui permettaient de rejoindre les étages inférieurs de la cité.

Sortant de l'une d'elle , un petit personnage à la peau verdatre, aux longues oreilles pointues et vétut d'un élégant costume, traversa la grande salle en jurant et se dirigea vers le quai numéro 4 non sans avoir regardé sa montre une douzaine de fois.

Le quai était encore vide mais on voyait à l'animation du personnel de la tour qu'un vaisseau n'allait pas tarder a accoster.

Le petit homme vert au costume soigné se précipitat vers un de ses congénére ,qui lui portait une salopette taché de graisse et de différentes autre matiére odorantes, et commençat:

<<-Chef de gare Cuivrécrou pouvez-vous m'expliquer ce qui se passe ici? Ce zeppelin a 7 minutes de retard et d'autres attendent pour décharger!!! Qu'est ce que ous attendez???

-Monsieur Grosbull... c'est que...c'est pas n'importe quel vaisseau qu'on attend....là ya question de priorité.

-Je m'en fiche!! Ca peut bien être une princesse ou une marquise et sa cours, Z'AVAIS PAS QU'A ETRE EN RETARD!!!! Donnez la place a un autre vaisseau et que ça saute!!!

-Mais monsieur, c'est le Ragnarok qui....

-J'EN AI RIEN A FO........ Attendez, vous avez dit Ragnarok comme...

-Oui monsieur...

-Ca veut dire que..!!

-Oui monsieur...

-L'empereur arrive!!! Monsieur cuivrécrou pourquoi ne pas m'avoir prévenus??

-Bah c'est que j'ai pourtant envoyé la taupe vous cherchez mais vous savez il est pas...

-Bon passons! Cuivrécrou, je vous laisse le soin d'acceuillir le vaisseau! Trouvez de quoi décorer!! Faites venir des danceuses, des annimaux, des musiciens!! Mettez les petits plats dans les grands!! Moi je dois aller faire évacuer le grand hall, prévenir le conte et ses chevaliers et chercher Moman!!>>



Sur ce le petit homme vert se précipita rn direction du hall alors que le contremaitre cuivrécrou hurlait des ordres à ses hommes.

En regardant l'horizon depuis le bout du quai, on pouvait apercevoir une lueur dorée grossissant de plus en plus dans le ciel.



Chapitre 2 : sous le grand collisé

Sous le grand collisé, régnait une ambiance de mort et de peur.

D'immense couloir percé de cellule s"étendaient dans toutes les directions.

Des cris, hurlements et grognement se faisaient entendre a travers les éfluves pestilencieles qui planaient sur le lieux.

Un colosse à la peau recouverte de poils portait pour seul vètements un kilt de plaque d'acier couvert de crasse et de sang séché, avançait dans un couloir suivit par deux créatures ressemblant à des lézards, équipé d'armures de mailles et de lourdes arbalètes.

Le colosse tenait dans une main une lourde chaine muni d'un crochet et dans l'autre, un jeux de clefd qu'il faisait tourner entre ses doigts.

S'enfonçant de plus en plus profondément dans le couloir ils finirent par arriver devant une cellule.

Le colosse pris une de ses clefs la regarde et la relache. Il en pris une nouvelle l'observa et la relacha. Une nouvelle fois il en pris une l'étudia et la relacha...



<<-Ssssshef...Vous voulez que ssse regarde?

-T'as geule!! Je sais très bien laquelle c'est!

-Moi ssse disais sssssça pour vous aider...

-Sssse ssserai plus sssimple en mettant des couleurs sur chaque clefs! Dit le deuxieme lézard que l' ilumination avait traversé.>>

CHTONK!!

<<-Ca t'aprendra à réfléchir le nouveau.....Ho la voila!!>>



Le colosse incerra alors une clef dans la serrure et la fit tourner.

Dans un ensemble de cliquetits compliqués, différentes barres d'épais acier coulissèrent ça et là et dans un "click" laissèrent la lourdes portes s'ouvrirent sur une petite cellule sentant la saleté et l'urine.

La petite pièce était seulement éclairé par une petite lucarne qui ne laissait filtrer que quelque rayon de lumière.

Le sol était recouvert d'une couche de moisissures malodorante et des traces de ce qui avair du être du sang, recouvrait la majeur partie des murs.

La cellule avait pour seul mobilier, un sceau remplit d'eau croupis et un fétu de paille qui avait trop longtemps servit.

Au centre de la pièce était recroquevillé une forme qu'on aurait pu prendre pour un squelette si il n'y avait pas eu de peau sur ces os.

Quelque chose traversa la pièce en tournoyant et finit son vole en heurtant le corps au sol.

<<- T''es mort gamin?>> demanda le colosse en entrant dans la pièce suivit de ses deux .... non de son compagnon.

La forme remua et s'assit dos à ses geolliers la tête inclinée vers la lucarne.

<<Content que tu sois encore vivant.>>

Le colosse vint alors se placer accroupit à coté de l'étrange personnage.

Cela faisait plusieurs années que gworg travaillait au collisé.

Depuis son entrée en service comme chef des geolles il avait imposé un régime impitoyable à tous les pensionnaires et nul n'avait jamais osé lui tenir tête sans se retrouvé amputé d'un membre vitale.

Il en avait vu des prisonniers, des créatures , des démons, de grand héros déchus et tous sans exeption même les plus robustes avaient finis par périr soit dans l'arène soit dans leur cellule.

Gworg était d'un pére humain et d'une mère ours. Il n'avait jamais eu d'amis, jamais aimé personne et si il avait obtenu ce poste c'était seulement car un soir de beuverie il avait tenu tête aune vingtaine de gardes et à trois chevaliers sans aucune difficultées.

Il était plutôt heureux de son travail, il avait une soixantaine d'homme sous ses ordres, des femmes à volonté, de la bonne nourriture et assisté à tous les combats gratuitement.

Bref Gworg était un vrai colosse capable de combattre l'élite des soldats de la cité en vomissant en même temps. Doté d'un coeur glacial plus dur que l'acier il n'aimait personne est pourtant...



Pourtant si fort et cruel qu'il fut, il s'accroupit à coté de ce prisonnier pale et maigre comme la mort et l'observa une fois encore.

Il se rapellait trés bien ce jour là, il venait d'obtenir son poste depuis seulement quelques mois lorsque les chevaliers du conte amenèrent un enfant agé de 7 ou 8 ans.Il ne portait que des lambos de tissus et ses yeux blancs semblaient perdus dans le vide.

Les chevaliers ne lui dirent presque rien sinon qu'il avait été capturé lors d'une expedition sur un autre continent et qu'il devrait être traité comme tous les prisonniers.

Gworg ne posa plus de questions pris l'enfant et le rossa avant de le laisser pour mort le visage en sang dans une flaque au fin fond d'une geole.

Le lendemain, Gworg l'avait presque oublié mais en passant devant la petite pièce ou il l'avait abandonné, il le trouva assis la tête fixé sur un interstice du mur d'ou provenait de la lumière.

Le colosse entra alors dans la pièce et une nouvelle fois le rossa et le laissa inconcient sur le sol.

En revenant le lendemain il le trouva une nouvelle fois assis fixant la lumière.

Le geolier recommença ce manège cinq jours de plus et à chaque fois lorsqu'il revenait l'enfant était là sous les rayons du soleil.

Gworg remarqua alors que l'enfant malgrés qu'il n'est pas mangé ni bus depuis plus d'une semaine était toujours vivant et qu'il avait eu beau le frapper, son corps ne semblait présenté presque aucune trace de sévices.

Non pris de bonté mais plutôt d'une espèce de curiositée, le colosse fit amménager une cellule plus spacieuse et lumineuse pour le garçon et cessa de le rosser.

Quelques semaines plus tard, arrivait une lettre portée par un page du conte, estampée du sceau de l'ordre de la lumière.

Elle expliquait:



Ordre d'execution.



L'enfant male remis entre vos mains le 13 serpentaire de l'année 1209 est un dangereux hérétique.

Il a été jugé et condamné à mort il entrera dans le colisé demain et même si il y a peu de chance qu'il y survive, il y retournera jusqu'a ce que mort s'en suive.



9eme siège de la chambre de lumière

A.T. Gornoemasis





Gworg froissa la lettre et la jetta dans un coin ou s'accumullait en une assez haute pile de bout de papier l'administration des cachots.

<< Jugé et condamné à mort....>> se répétat-il plusieurs fois.

Le lendemain il alla chercher l'enfant et l'emmena jusqu'a l'armurerie ou se préparaient les autres gladiateurs. Il dit au petit de s'équiper et de se tenir prés pour ses derniers instants.

Puis il passa une porte et alla du coté du bestiaire ou on préparait les créatures à entrer dans l'aréne. Cette préparation signifait simplement provoquer assez de fureur en elles pour qu'elles déchéquittent tout ce qui se dressai en face d'elles.

Gworg était assez content. Son bestiaire comptait certaine des créatures les plus puissantes d'Aegis.Il en recevait beaucoup et souvent. Celle qui allait entrer aujourd'huis ne laisserai aucune chance au gladiateurs.

Il regarda une grande cage ou se terrait un scorpîde géant, monstre de puissance à la carapace si épaisse qu'aucune lame ne pourrait le percer. Assuré que tout était prés, il alla vérifier que les guérriers étaient arnachés.



En revenant à l'armurerie tout lui sembla en ordre. Il ne compris pas vraiment pourquoi mais il trouva l'enfant agenouillé par terre sans armure, tenant seulement une veille épée émoussée dans sa main. Gworg le fixa un moment puis s'en alla ordonner l'ouverture des portes.



<<Sssshef! Ca va bientôt être l'heure!! Siffla le lézard

-Silence! Je sais! Ca va!!>>



Gworg regarda une nouvelle fois le jeune homme à coté de lui.L'enfant avait bien grandis. Cela faisait combien de temps ?? 7ans, quelque chose comme ça. Ses cheveux étaient d'une espece de couleur vert émeraude. Maintenant quand il se tenait debout il touchaient ses fesses . Son corps était si maigre mais dégageait pourtant une éspece de puissance.

Gworg avait un jour reçut l'ordre de ne plus le nourir, ses commenditaires, pensait'il éspéraient qu'il meurt de faim. Mais ce gamin était trop coriace pour ça...

Le colosse pencha un peu la tête et regarda ces yeux dans lesquels il ne pouvait rien lire. Ces yeux blanc sans pupilles qui ne semblaient jamais voir...

Gworg se releva et dit au jeune homme:



<<-Tu sais gamin. Ce matin on m'a ramené une nouvelle bestiole. Sur la cage y a un simbole de l'église...C'est des templiers et des gars du conte qui l'ont apportés....Tss c'est gars ont pas vouluent qu'on ouvre la cage. Z'ont dit que seul le sceau posé sur la cage par je ne sais quel connard en robe l'empéchait de détruire la ville... Aujourd'huis y'aura que toi dans l'âréne ya des mages qui ont débarqués.... z'ont tracés des runes sur les murs et dit plein de formule....

Hum...Tu sais ...Je crois pas que tu en réchappe cette fois....allez viens mon ami...>>

Bon voiloO pour l'instant si jamais vous voulez vraiment la suite je la posterais avec plaisir



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laé
Admin
avatar

Messages : 359
Date d'inscription : 03/10/2010
Age : 27

MessageSujet: Re: Les chroniques d'Aegis    Mer 10 Nov - 15:20

Je te lirai demain normalement =)
*Laé marque une petite place dans son agenda blindé*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://requiem.asiat-world.com
Lollipop

avatar

Messages : 453
Date d'inscription : 16/10/2010
Age : 24
Localisation : *Connexion en cours...*

MessageSujet: Re: Les chroniques d'Aegis    Sam 13 Nov - 13:43

C'est trop bien poulpy jsuis impatiente de lire la suite !

Continue comme ça !!

_________________


Like a Star @ heaven Lolli, Lolli, oh Lollipop ! Like a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laé
Admin
avatar

Messages : 359
Date d'inscription : 03/10/2010
Age : 27

MessageSujet: Re: Les chroniques d'Aegis    Sam 13 Nov - 14:08

Tjrs pas lu......... Promis jle lirais! XD
Et toi, elle arrive quand ta fic, lolli?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://requiem.asiat-world.com
Hellsclown

avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 05/11/2010

MessageSujet: Re: Les chroniques d'Aegis    Dim 14 Nov - 21:29

Bon je vous posterez tout ça domain XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hellsclown

avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 05/11/2010

MessageSujet: Re: Les chroniques d'Aegis    Lun 15 Nov - 13:23

Allez on enchaine ^^





Cela n'avait pris que quelque minutes. Le contremaitre Cuivrécrou regardait son oeuvre d'un air victorieux. De grandes guirlandes décorées de lampions avaient été suspendues, de grandes draperies recouvraient les murs et un immense tapis de couleur violine orné de forme doré reliait le quai au grand hall.

La nouvelle de l'arrivée de l'empereur avait fait le tour de la ville et de nombreux badots avez rejoints le quai en éspérant le voir.

Les soldats de mla ville ayant sécurisé la tour tenté maintenant d'éviter tout débordement.

Sur les toits, Des arbalètiers avait était déployé et au sommet de chaque tour de puissante balistes avaient étaient installées.

Au centre du quai, tronait un homme de petite taille ventripotant. Plus doué pour boire et pout manger que pour gouverner une province, August de Warf avait hérité son titre et ses pouvoirs de son père. Il était vétus d'un plastron argenté, qu'un forgeron avait dut fabriquer en faisant abstraction des normes anatomiques humaines. En effet le conte était plus fait en ventre qu'en muscles, ce qui ne l'empéchait pas de porter une longue épée au motif soigneusement ouvragé a sa ceinture.

Pour l'heure, Le seigneur de Warf se grattait le nez avec une impresionnante dextéritée.

A ses cotés se trouvait 3 grands chevaliers recouverts de lourde armures de plaque au couleurs de la ville.

A quelque mêtre dèrriere eux suivait la cours du conte et les nobles de la ville, tous habillé du mieux qu'ils avaient pu en une durée si courte. D'ailleur quelques un étaient encore entrain de se faire maquiller par leur domestiques.

Mr cuivrécrou se demanda en regardant encore une fois son travail pourquoi Mr grosbull était entrain de faire monter un gros lampion vert a froufrou orange au dessus de la salle à l'aide de la grue de chargement. Puis hochant les épaules, il se dirigea vers ses hommes et leur ordonna de se tenir prés... Le Ragnarok était là.





Une grande ombre se fit au dessus de la ville et les passants qui levèrent la tête à ce moment là tombèrent bouche bêt.

Même si on avait déjà vu de gigantesques aéronefs de nombreuse fois, même si on avait déjà vu le Ragnarok, on se retrouvait toujours ébahit devant le cuirassé impérial.

Ce vaisseaux était un chef-d'oeuvre de beauté et de puissance.

L'épaisse cuirasse au reflet dorée qui recouvrait le vaisseau avait été ouvragé de telle maniére que l'ensemble semblait être un immense scarabé au forme héstétique torturé.

Un fantastique arsenal se présentait sur les ponts et par les différentes lucarnes de l'armure.

De plus en observant bien on pouvait apercevoir de plus petit vaisseau virvoleter autour t'elle de petite abeille protégeant leur reine.



Le ragnarok s'approcha de la tour et dans une subtil manoeuvre vint s'amarer.

Sur le quai les ouvrier s'affairaient tirant une poulie par ici un levier par la bientot le quai se mis en branle et dans un cahot mécannique, un ponton d'acier se déplia pour rejoindre le vaisseau.

De grand cable furent alors lancé pour maintenir le vaisseau en place et l'opération prit fin.



En un instant, plus un bruit ne régna sur la tour, la foule avait le regard figé sur l'énorme porte que le ponton venait de toucher.

Tout à coup de la vapeur s'échapa et dans un lent mouvement, une lumière aveuglante fusa de l'entrebaillement.

Tous étaient tellement absorbé par cette arrivé spectaculaire que nul ne vit les deux ombres qui sautèrent du ponts du vaisseau vers la ville en contre bas. Sauf peut être moman Grosbull qui suspendut au crochet d'une grue observait la scéne avec beaucoup d'attention.



.

Gworg, un tube d'herbes a fumer à la bouche , regardait son prisonnier se préparer.Il avait eu du mal à le convaincre mais le garçon avait finallement endossé une armure.Les équipements pour les gladiateurs étaient plutôt vetuste mais en cherchant bien Gworg avait déniché une cuirasse de métal noir aux rivets finement ouvragés et deux jambières de mailles presque intact.Il avait aussi trouvé une épée longue d'assez bonne facture qu'il avait passé du temps à aiguiser.Le jeune homme ne s'était jamais équipé d'une armure mais il s'arnacha comme si il l'avait déjà fait des centaines de fois. Il fit quelque moulinets de son épée puis vint se poster en face de Gworg et attendit.



<<-Je sais aujourd'hui que t'es spécial chtiot.... Je me suis demandé pas mal de foi ce que t'avais pu faire à l'église pour qu'on t'enferme ici mais j'ai jamais compris..... T'être qu'y zont trouvé qu' t'étais trop dangereux et qu'ils t'ont foutus dans ce trou pourri comme ils l'ont fait avec moi....>> Gworg baissa alors les yeux vers le sol et après quelque instant sentit une main se poser sur son épaule.



<< -Jte comprend pas, tu pourrai partir n'importe quand !! Pourquoi tu reste ici ???>>



Gworg releva le garçon et essaya de voir une réaction qui n'était pas sur le visage du gamin. Après avoir passé un instant à le fixer il retira la main.



<< -Bon allez je vai chialer si tu reste comme ça !! Je vai aller ouvrir les portes . Si jamais tu vois que ce combat tourne mal sauve toi !! C'est pas mes gars qui s'occupe de la sécurité aujourd ' hui alors peut être quand passant par la grande loge tu pourra t'échaper.>>



Gworg se dirigea vers un grand levier et quand il tira dessus une grosse herse un peu plus loin se releva.



<< -A plus tard gamin et pense à ce que je t'ai dis .....>>



Le garçon avança en direction de l'arène et sans se retourner se dirigea vers son destin.








La grande porte était maintenant complétement ouverte et la foules en regardant à l'intérieur pouveit voir un mimense hangard ou était rassemblé une troupe armée.Au bout de quelque instant 2 formes s'avancèrent et sortir du vaisseau.



La première assez petite portait une armure de maille argentés horné de flocon crystallin scintillant à chacun de ses mouvement.Dans son dos 2 lames courbes finement ouvragés se croisaient l'une vers poignée vers le bas l'autre vers le haut.Ce personnage était le dixieme chevalier de l'empereur, sa seigneurerie Barubara Flomengern.Princesse des terres du nord à la beauté et à la force sauvage et indomptable, Aurore du royaume des glaces. On disait d'elle que nul homme ne pouvait la vaincre et que seul le maitre d'arme de l'empereur arrivait à rivaliser avec ses prouesses martials et qu'ils avaient combattus pendant 3 jours et 3nuits avant qu'elle acceepte de rejoindre la bannière de l'empire.Ses longs cheveux mélant ombre et lumière tombaient sur ses sourcils froncés. Pour l'heure elle semblait préoccupée et son regard se porta vers l'horizon un instant.



Elle était bien connu du peuple et tous applaudir et acclamaire la princesse des glaces lorsqu'elle s'avança.



A ses cotés se tenait un géant équipé d'une lourde armure de plaque semblant avoir vécu de nombreuses batailles . Sur ses épaules deux grandes tête de Lions serrant de larges anneaux dans leur gueules réhaussaient encore sa stature. L'ensemble vibrer d'une teinte de bleu electrique.Bien que caché sous un haume, la foule compris très vite que le titan recouvert de plaque et portant à la main une gigantesque hache au élégant motifs bestiaux était Hoanie Krohack le sixieme chevalier impérial, un des rares hommes bêtes à avoir atteint les hautes classes social non pas par son raffinementet ses belles manières mais par son immense force. Les histoires racontant ses actes de bravoure avait fait le tour d'Aegis et la bataille de Nurath opposant l'empire au archipel d'Ankala était même enseigné dans les écoles. Faisant fait d'un combat opposant le seigneur Krohack à plus de 200 hommes, elle était aussi chanté par de nombreux menestrels.



Les deux chevaliers avaient maintenant rejoints le quai sous les aclamations de la foule et arrivé devant le conte et sa cour saluérent le peuple et s'inclinèrent devant le maitre des lieux.Ce dernier ne bougea même pas et dans une effroyable grimace beugla :



<<-Votre empereur est il si important pour qu'il ne se présente pas a moi !!>> A ses mots sifflant un immense silence flotta sur l'asemblé. Le chavalier Barubara avait déjà porté ses mains a ses épées et sans un geste du Seigneur Krohak aurait certainement réduit en lambeau le vicieux personnage.<<-Vos paroles son quelques peut déplacées Conte de Warf. Loin de moi le droit de vous influencer dans votre jugement mais je m'incline devant vous et me permet de vous demandez grace au près de mon maitre.>> Hoanie enleva alors son homme laissant un instant flotter dans les airs une incroyable crinière au éclat de bronze qui retomba doucement sur son visage de grand félin aux cros brillants et au yeux perçants.



<< Sa majésté l'empereur nous a envoyé ici car il a eu une effroyable vision lors de notre trajet vers Bel Enora et nous a fait changer de cap au préssentiment d'un grand danger pour votre peuple et la citée.L'intencité de cette apparition l'a épuisé et notre dévoué suzerain est , après nous avoir délivrés ses ordres, entré en état de stase. Jusqu'a son réveil , J'ai été désigné comme sa voie et ses oreilles.>> Le chevalier Hoanie s'inclinat une nouvelle foi et la foule , émus et captivé par son réçit ne pure réprimer quelque viva.



<< L'empereur a t'il oublié que la cité de Kel Nuzad est libre et que son autorité ne représente rien ici !!Répliqua séchement le conte.-Son emminence à pensée....-Silence !!! Je suis le maitre de cette ïle et si danger il y a je dispose de suffisamment de puissance pour y remédier !! A présent le conte bouillait.-veuillez nous escusez notre impolitesse seigneur. Notre majésté ne pensait cas vous servir et vous venir en aide. Le seigneur Hoanie s'inclina. Nous allons laissé reposer nos moteur quelques instants pui nous reprendrons notre route.>> il se releva et en indiquant d'un signe de la tête au chevalier Barubara de ne point se laissé prendre par la colère tous deux reprire la direction de l'aéronef.



Le conte ajouta alors dans une derniere phrase tranchante:<< - Votre empereur peut garder son aide et ses visions !! Je ne suis pas celui qui servira un illuminé qui de surcroit envoi un monstre et une pucelle barbare parler à son égal!! >>



Hoanie avait déjà rejoint le vaisseau. Barubara quand à elle restait à mis chemin sur le ponton. Son sang bouillait et elle aurait bien fait danser ses lames à travers ce répugnant personnage si ses pensées n'avaient pas été tournées ailleurs. Dans un grand effort de contrôle elle murmura quelque mots à l'horizon et rejoignit à son tour le ragnarock.



Le conte et sa suite quittèrent alors les lieux dans des rires malsains et baveux.Les badeaux voyant que le spectacle était finis prire leurs suite et ne resta plus alors sur le quai que les employés de la tour chargé du démontage et une grosse femme verdatre et ronflante pendut à un crochet de grue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laé
Admin
avatar

Messages : 359
Date d'inscription : 03/10/2010
Age : 27

MessageSujet: Re: Les chroniques d'Aegis    Dim 6 Mar - 14:30

lol!
A quand la suite, petit poolpy? Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://requiem.asiat-world.com
Lollipop

avatar

Messages : 453
Date d'inscription : 16/10/2010
Age : 24
Localisation : *Connexion en cours...*

MessageSujet: Re: Les chroniques d'Aegis    Dim 20 Mar - 12:21

Oui ! stp on veut la suite !

_________________


Like a Star @ heaven Lolli, Lolli, oh Lollipop ! Like a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les chroniques d'Aegis    

Revenir en haut Aller en bas
 
Les chroniques d'Aegis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FLIC Chroniques de la police ordinaire, Bénédicte Des forges
» Les Chroniques du Père Bugli !
» Les Chroniques d'Yggdrasil.
» Les Chroniques d'Arcadia : Livre I (1er Projet)
» Les Chroniques de Katura : désormais aussi bientôt en BD!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Requiem :: Création :: Fictions / Fanfiction des membres-
Sauter vers: